17/01/2020

25 janvier : mobilisation STOP5G - Albertine BXL


Samedi 25 janvier Stop5g.be organise un rassemblement à la Place de l’Albertine, à côté de la Gare Centrale, de 13h à 16h.

Dans le cadre de l’appel international demandant l’arrêt du déploiement de la 5G  (www.5gspaceappeal.org), des groupes de citoyens, des associations, des scientifiques, des médecins, des chercheurs se rassemblent et se mobilisent partout dans le monde pour dire STOP à la 5G.

L’appel international signé par des milliers de personnes et d’organisations de 203 nations et territoires, a été adressé au mois de novembre 2019 aux gouvernements fédéral et régionaux de Belgique par le collectif associatif stop5g.be.

Au-delà  des problèmes de santé publique que les gouvernements choisissent d’ignorer, les interrogations sont nombreuses quant à l’avenir que trace cette fuite en avant vers le meilleur des ondes : exploitation des travailleurs -souvent des enfants- dans les mines du Congo et d'ailleurs dans des conditions atroces, toxicité pour le vivant, croissance de la consommation énergétique, mutation du travail et de l’emploi, épuisement des ressources en métaux rares et en eau, faible taux de recyclage des alliages, surveillance rapprochée des citoyen·ne·s et atteinte aux libertés, conflits internationaux,..

Même les milieux industriels s’interrogent sur la faisabilité économique d’un déploiement qui exige d’énormes investissements dont la rentabilité est loin d’être assurée sauf si les pouvoirs publics contribuent de manière significative...

La technologie 5G, du fait de la multiplication illimitée des transferts de données entraînera une augmentation significative de la consommation d’énergie et des ressources. À ce titre, elle va à l’encontre d’une politique écologiquement responsable et des objectifs affichés par l’Union européenne et les signataires de l’accord de la COP21 en 2015 en matière de lutte contre le changement climatique.

Rejoindre l'évènement sur facebook

Lire le texte original et complet de l'appel à la manifestation

Contact et infos :
- info@stop5g.be - http://stop5g.be
- Lecture : Le meilleur des ondes. Un dossier d’IEB sur la 5G (28 pages, septembre 2019).

La 5G en question à Bruxelles : avancée ou risque sanitaire ? (euronews)



Euronews diffusait hier une brève séquence enregistrée il y a quelques temps déjà. Elle a le mérite de contenir quelques informations importantes et trop peu diffusées sur ce média.

Voici quelques extraits, vous pouvez lire l'article complet sur le site d'euronews.

"La particularité de la 5G, c'est que comme elle pénètre moins, il faudra déployer des antennes partout, donc on va se retrouver avec des antennes toutes les douze maisons environ," indique le porte-parole de la plateforme grONDES.

"On est vraiment très inquiet parce qu'il y a pas mal de scientifiques, de médecins, de pédiatres qui tirent la sonnette d'alarme," fait-il remarquer.

Dans la capitale belge, le déploiement de la 5G est suspendu pour des raisons administratives et financières. Il y a quelques mois, le gouvernement régional avait aussi averti que des garanties sanitaires étaient un préalable à toute augmentation de normes d'émissions.
(...)
Notre connectivité croissante doit nous inciter à mener une réflexion globale. "Pour fabriquer les GSM et tous ces appareils, on a besoin de matériaux très rares qu'on exploite dans des pays sous-développés, dans des conditions terribles pour les gens qui travaillent,"

"On a vu par exemple, au République démocratique du Congo, des enfants qui extraient les minerais pour faire nos GSM dans des conditions atroces."

Grand merci à Jack Parrock qui a permis de diffuser ces messages sur ce canal.

12/01/2020

Baby Safe Project

Un site et une brochure à diffuser aux femmes enceintes sans plus tarder !

La plupart des femmes enceintes n'ignorent pas qu'il est important de prendre certaines précautions pour la santé de leur futur enfant : ne pas fumer, ne pas boire d’alcool, ne pas manger certains aliments, etc. Par contre un grand nombre ignorent encore à quel point les pollutions électromagnétiques impactent négativement la santé de leur bébé, avant même qu'elle/il ne soit né(e).

Or c'est un fait établi : une masse corporelle moindre signifie une vulnérabilité maximale, les fœtus et les nourrissons sont les plus vulnérables aux pollutions électromagnétiques.

Ce site conçu et soutenu par de nombreux experts (physiciens, pédiatres, etc.) propose des méthodes simples et efficaces pour réduire ces impacts négatifs.

Le site : https://www.babysafeproject.org/

Cliquez ce lien pour afficher la brochure en français

Le site et les vidéos sont en anglais mais des brochures en français et en espagnol sont déjà disponibles. Si vous pouvez participer à la traduction des vidéo pour y ajouter des sous-titres en français ou dans une autre langue, n'hésitez pas à nous contacter.



30/12/2019

CSS : "des impacts biologiques"

https://www.health.belgium.be/sites/default/files/uploads/fields/fpshealth_theme_file/190617_css-9404_fys_chem_env_hygiene_vcabdem.pdf

Pour bien terminer l’année 2019 et commencer 2020 remotivé, (re)lisez ci-dessous le dernier avis en la matière du Conseil Supérieur de la Santé (CSS)...

Selon les opérateurs, les constructeurs, certains médias et politiques, celles et ceux qui se mobilisent pour des technologies mobiles respectueuses de la santé et de l’environnement ou pour un moratoire sur la 5G, seraient aux mieux de désuets néoluddistes, au pire de dangereux parano-complotistes. Quand l’autorité fédérale incontestée en la matière aux États-Unis, le National Toxicologic Program, publie des résultats d’études démontrant la nocivité des micro-ondes à des niveaux plus faibles que ceux tolérés chez nous, soudain l’institution n’est plus une référence et ils critiquent la forme et les modèles. Quand un institut Italien reproduit l’étude, c’est à des critiques politiques qu’ils se livrent.

Or bien plus près, chez nous, en Belgique et depuis des années, le Conseil Supérieur de la Santé  met régulièrement en garde au sujet des effets nocifs des rayonnements électromagnétiques du mobile (04-02-09 & 01-10-14, entre autres). Fondé en 1849 le Conseil n’est pas exactement une bande d’éco-radicaux mangeurs de tofu bio, ni de néoludistes et moins encore de parano-complotistes. Composé de personnes qualifiées et compétentes sa mission est de formuler « des avis scientifiques afin de guider les décideurs politiques et les professionnels de la santé. Grâce à son réseau d’experts et ses collaborateurs internes, le Conseil se base sur une évaluation multidisciplinaire de l’état actuel de la science pour émettre des avis impartiaux et indépendants. Le Conseil élabore ses avis sur demande ou de sa propre initiative et les publie. »

Le Conseil n’a, par exemple, jamais validé le passage de la norme d’exposition maximale à Bruxelles des 3V/m aux 6V/m actuels.  Cette année, il mettait une fois de plus en garde. En clair : un Conseil d’experts scientifiques, indépendant et impartial confirme à nouveau ce que grONDES et bien d’autres associations affirment depuis des années : les impacts biologiques sont sévères, particulièrement pour les fœtus et ne se limitent certainement pas à l'effet thermique. Dans cet avis le Conseil fait aussi référence à une étude régulièrement citée par les associations.

Un information déjà diffusée mais qui mérite la relance, voyez ci-dessous le texte d’ondes.brusels :

"Quand le Conseil Supérieur de la Santé sort du bois

Dans son avis n° 9404 rendu en mai 2019 (disponible ici), le CSS fait mention de l'exposition aux rayonnements non ionisants liés notamment à la communication et à l'électronique. Le CSS indique qu'« il a été montré que les rayonnements non ionisants émis par les micro-ondes agissent via activation des canaux calciques dépendants du voltage, induisant des impacts biologiques à des niveaux non thermiques (Anghileri et al., 2006 ; Martin Pall et al., 2015). »

Le CSS ajoute que « l'exposition maternelle aux champs électromagnétiques des fréquences utilisées par les téléphones mobiles a été associée à des troubles du comportement et du langage chez l'enfant (Birks et al., 2017 ; Zarei et al., 2015). L'utilisation de téléphones mobiles et de téléphones sans fil a été observée comme étant associée à un risque accru de gliome et de neurinome de l'acoustique (Hardell et al., 2013). Selon Levis et al. (2011), des protocoles en aveugle, exempts d'erreurs, de biais et de facteurs de conditionnement financiers, donnent des résultats positifs qui révèlent une relation de cause à effet entre l'utilisation ou la latence du téléphone mobile à long terme et l'augmentation statistiquement significative du risque de tumeur de la tête homolatérale, avec une plausibilité biologique. Les méta-analyses (y compris celle de Levis et al., 2011), n'examinant que les données sur les tumeurs homolatérales chez les sujets utilisant un téléphone mobile depuis ou pendant au moins 10 ans, montrent des augmentations importantes et statistiquement significatives du risque de gliomes cérébraux et de neurinomes de l'acoustique homolatéraux (Levis et al., 2011). »

Cette nouvelle position fera-t-elle bouger les lignes en faveur d'une véritable reconnaissance dans notre pays des risques sanitaires des champs et rayonnements électromagnétiques d'origine technologique? (...)

Découvrez la synthèse des arguments de Martin Pall

Martin Pall, professeur émérite de biochimie et de sciences médicales fondamentales à la Washington State University (USA), est l'un de ces nombreux scientifiques qui sonnent l'alerte.
Au regard de l'intérêt de plus en plus marqué pour les arguments développés par le professeur Pall, ondes.brussels a estimé utile d'en proposer une synthèse (disponible ici)."

ondes.brussels

L'avis du CSS: https://www.health.belgium.be/sites/default/files/uploads/fields/fpshealth_theme_file/190617_css-9404_fys_chem_env_hygiene_vcabdem.pdf