Kit de Mobilisation


Voici un guide conçu pour vous aider à informer et mobiliser votre quartier au sujet d'un projet d'installation ou d'antennes déjà présentes. Il est construit de manière chronologique et reprend les étapes des procédures administratives et légales. Il vous indique aussi les contacts et rôles des différentes administrations à contacter et vous propose une série de conseils pratiques, de modèles de courriers et liens, fruits de l'expérience de différents quartiers. Bonne lecture et surtout bonne mobilisation.

Qui ne dit mot consent…
Ne vous laissez pas impressionner par l'ampleur de la liste des "choses à faire" qui suit. Elle est exhaustive, en partie facultative et vous obtiendrez rapidement de l'aide de vos voisines et voisins. Il vous faudra réagir rapidement dans un premier temps, pour ne pas dépasser les délais légaux, ensuite les procédures sont plus lentes. Partez du principe que si vous n'initiez pas le mouvement personne ne le fera, l'aide viendra rapidement. Ne vous laissez pas décourager par le fait qu'une série de procédures semblent perdues d"avance. Elles sont pourtant nécessaires pour pouvoir accéder aux niveaux supérieurs de décision plus favorables. Elles ne sont pas inutiles car vous allez diffuser une information importante à vos voisins mais aussi à tous les représentants des autorités avec lesquelles vous aurez affaire. Vous allez opposer la mobilisation citoyenne au lobbying des opérateurs. Il faut bien comprendre que c'est souvent la combinaison des moyens, l'ampleur de la mobilisation -ou le retard que cela provoque- qui amènent la victoire.

Ne perdez jamais de vue qu'il faut généralement suivre simultanément deux procédures, celle du permis d'environnement et celle du permis d'urbanisme. Sans négliger le dialogue avec le/les propriétaire(s) du site visé.

Ce guide sera régulièrement mis à jour, corrigé et amélioré mais vu le nombre de demandes nous vous proposons déjà cette version "0.1". Si vous avez des corrections ou améliorations à proposer, n’hésitez pas à nous contact, merci.
La plupart des exemples à afficher (cliquez les liens roses) proviennent de la mobilisation du quartier Malou dont nous vous invitons à consulter le blog en complément à ce guide. La nouvelle ordonnance modifiera certaines procédures abordées mais actuellement elles sont toujours de vigueur.

Avertissement : ces informations vérifiées par la pratique concernent la Région Bruxelloise en ce qui concerne les démarches administratives, elles ne sauraient se substituer à une consultation juridique auprès d'une personne compétente. Elles vous sont données à titre informatif. Prenez soin de vérifier et de demander les confirmations requises aux autorités compétentes que vous serez amené à rencontrer durant les procédures, particulièrement concernant les délais.

Résumé Chronologique:
  • Affichage des demandes des permis, début d'enquête(s) publique(s)*, 
  • Mobiliser, répondre à l'enquête, pétition, contacter le propriétaire, la commune, les médias,
  • Si les permis est/sont délivrés : recours devant les Collèges appropriés, 
  • Si les permis est/sont confirmés : recours devant le Gouvernement Régional,
  • Si ces recours échouent : recours devant le Conseil d’État.
*! Depuis le3 avril 2014 et la nouvelle ordonnance, les permis d'environnement de classe "1D" de donnent plus lieu à une enquête publique. Les habitants ne sont donc informés du projet qu'au moment de la délivrance/affichage du permis. Certaines installations d'antennes ne nécessitent pas de permis d'urbanisme.

I- Un projet d'installation –ou de modification- d'antennes dans votre quartier? Comment en être informé?
(si des antennes sont déjà présentes et qu'il n'y a pas de demande de modification en cours, passez au point II, sans tenir compte des délais évoqués, puis reportez-vous au point IV ).

C'est par l'affichage de la demande de permis d'urbanisme et/ou l'affichage de l'obtention du permis d'environnement et/ou de "modification" que les quartiers découvrent les projets. Il s'agit d'affiches rouges format A3, elles sont obligatoires et bilingues. Vous pouvez aussi être informés des différentes demandes de permis et modification en cours sur le site de la plupart des communes bruxelloises, généralement en sections "aménagement du territoire" et/ou "urbanisme". Pour être certain de ne pas manquer une demande de permis concernant votre quartier vous pouvez aussi consulter le site d'IEB ou souscrire à leur liste d'envois qui reprend de manière pratique toutes les nouvelles demandes de permis.
Afficher un exemple d'affiche de demande de permis.

! Depuis le3 avril 2014 et la nouvelle ordonnance, les permis d'environnement de classe "1D" de donnent plus lieu à une enquête publique. Les habitants ne sont donc informés du projet qu'au moment de la délivrance/affichage du permis.

Notez qu'un grand nombre de demandes de modifications sont en cours, soyez attentif car il s'agit souvent de placer des antennes plus performantes/puissantes. Dans ce cas aussi il n'y a plus d'enquête publique mais vous pouvez introduire des recours (voir point III 7, 8).
Dans ce cas les affiches sont blanche! 

Le cadastre en ligne de Bruxelles Environnement, vous permet de localiser les antennes existantes ou en projet à proximité de votre domicile. En cliquant sur le l’icône symbolisant l'(es) antenne(s), vous pouvez accéder aux demandes ou permis d’environnements. Cet outil est censé être à jour, si vous observez une erreur, n'hésitez pas à nous la signaler
Afficher le cadastre des antennes de l'IBGE.

-----------------------------------------------------------------------

II- Pourquoi et comment informer et mobiliser votre quartier?

1- Pourquoi?
Les raisons sont nombreuses mais les principales sont les suivantes:
-Malheureusement un grand nombre de personnes ignorent les affiches d'avis d'enquête publique. Pourtant si vous les en informez, elles rejoindront la mobilisation.
-Vous serez agréablement surpris(e) de constater que cette thématique intéresse et que vous obtiendrez rapidement soutien et aide de votre voisinage.
-Vous pourrez ainsi répartir les différentes tâches à accomplir et agendas à surveiller.
-Enfin, votre mobilisation aura bien évidemment plus de poids auprès des autorités si vous pouvez parler au nom de plusieurs dizaines, voire centaines de personnes, que si vous le faite en votre seul nom (mais que cela ne vous empêche pas de le faire).

Votre premier objectif est de faire parvenir un maximum de lettres ou courriels d'opposition au(x) permis à la commune dans les délais impartis.
Certains vous diront que c'est inutile, que les permis seront de toutes façons délivrés. Il est vrai que les permis seront probablement délivrés mais ils ont tort car pour pouvoir empêcher l'installation via d'autres autorités supérieures, il est préférable que vous puissiez démontrer que le quartier a utilisé tous les recours légaux pour empêcher le projet, ce dès le début.

2- Comment?
Avant de commencer, notez bien le ou les délais du ou des permis, identifiez le(s) propriétaire(s) du bâtiment ou lieu prévu pour l'installation des antennes. Contactez la commune si nécessaire et demandez par la même occasion copie du/des dossier(s) ou à pouvoir le consulter (inutile d'attendre le dossier pour entamer la mobilisation, il s'agit juste de gagner du temps). Vérifiez s'il n'existe pas déjà un comité ou une association de quartier. N'hésitez pas à vous adresser directement à vos voisins proches pour obtenir un premier coup de main si nécessaire.

a) Le tract :
La première chose à faire est de préparer un tract à photocopier pour le distribuer dans les boites aux lettres de vos voisins. Préférez le noir et blanc, abordable et plus lisible, utilisez une mise en page simple et sobre.
Un petit texte court (maximum une page) informant vos voisins de la situation et des délais, incitez les à écrire à la commune dans les délais pour s'opposer au projet, précisez l'adresse ou l'envoyer et si possible où ils peuvent trouver un modèle. Avisez les aussi qu'une pétition est disponible (précisez où) et que des voisins passeront solliciter leur signature. N'oubliez pas d'indiquer comment vos voisins peuvent vous contacter, vous pouvez créer une nouvelle adresse courrier à cette fin.

b) La pétition :
La pétition est la clef de la réussite de la mobilisation, le but est de collecter un maximum de signatures avant la fin de(s) l'enquête(s) publique(s), ne manquez pas les délais ou vos efforts seront vains! Une pétition en ligne est toujours utile mais elle ne suffit pas. Autant les autorités accordent peu de valeur aux pétitions en ligne (adresses incomplètes, fraudes possibles, etc.), autant elles prennent les pétitions écrites très au sérieux, même si elle ne comptent "que" quelques centaines de signatures. C'est en collectant les signatures en porte à porte que vous initierez vraiment la mobilisation. Ne manquez pas de noter le téléphone et le courriel des voisins qui manifestent leur intérêt, proposez-leur de vous rejoindre. Ici aussi vous serez agréablement surpris(e) de constater le nombre de voisins qui se sentent concernés et/ou prennent déjà des mesures pour réduire les pollutions électromagnétiques domestiques.
Précisez absolument dans le texte de votre pétition que les signataires répondent aussi de cette manière aux enquêtes publiques d'environnement et d'urbanisme.
Demandez à un ou des commerçants du quartier s'ils acceptent de mettre un exemplaire à disposition des voisins.
Gardez copie et/ou ne remettez que des copies de votre pétition aux autorités communales.
Au moment de les déposer, faite le au service de l'urbanisme de votre commune et précisez qu'il s'agit de réponses à l'/aux enquête(s). Demandez un reçu qui précise le nombre de signatures.

c) Un modèle de lettre et courriel d'opposition:
L'IBGE est obligé de répondre à chacune des observations. N'hésitez pas à être exhaustif, à inclure ou renvoyer vers les nombreuses études scientifiques à charge. Il y a t-il des crèches, des écoles, des sites ou espèces protégées dans votre quartier? Une fois que vous avez rédigé votre lettre d'opposition en réponse aux enquêtes, faite en un modèle de lettre à compléter, si vous "mâchez" le travail de vos voisins ils seront bien plus nombreux à suivre et réagir. N'oubliez pas de préciser que vous souhaitez êtres entendus par la commission de concertation d'urbanisme, ni de mentionner vos adresses complètes (voir point III-3-b).

d) Liste d'envoi par courriel :
Etablissez le plus rapidement possible une liste d'envoi générale et une autre regroupant les personnes motivées. Veilliez toutefois à ne solliciter vos voisins uniquement quand cela est pertinent. Quand la liste est étoffée placez toujours les destinataires en copie-caché afin d'éviter les "réponses à tous" en cascade souvent inutiles et qui peuvent lasser.

e) L'affichette pour les fenêtres :
Très efficace pour mobiliser un quartier et rendre cette mobilisation visible, une affichette noir et blanc que vous pouvez distribuer dans les boites aux lettres en même temps que le tract informatif ou lorsque vous et vos voisins récoltez les signatures pour la pétition. déjà reprise par de nombreux quartiers et a déjà cornu un premier succès médiatique. C'est pour cette raison que nous vous suggérons d'utiliser le même modèle et de l'adapter à votre cas (nombre d'antenne, nom de la rue et courriel, si nécessaire nous pouvons la réaliser pour vous).

f) Les réunions :
Proposez rapidement une première réunion aux personnes qui ont manifesté leur intérêt, ensemble vous serez plus efficaces. Vous pouvez inviter des personnes expérimentées dans ce type de mobilisation pour vous assister.
Pour une réunion agréable et efficace:
-un ordre du jour complet
-une liste des présents avec leurs contacts
-un bref tour de table de présentation
-ensuite demande de prise de parole, concision et courtoisie
-désigner un(e) "président(e) de séance"si plus de 6 participants
-établir un rapport avec les tâches à accomplir et les personnes désignées
-éviter les lieux publics/cafés sauf si calmes et intimes

g) Un site, blog ou page facebook :
Un relais Internet peut être utile mais les victoires se remportent sur le terrain dans le quartier, souvent sans site mais avec les voisins. Si vous ne disposez pas des compétences ou du temps pour le créer, vous rencontrerez probablement un voisin disponible. L'avantage est que vous pourrez y poster tous les modèles et documents, disponibles pour tous. Limitez le temps que vous y consacrez, le temps utilisé à rencontrer et mobiliser vos voisins est bien plus utile. Préférez un site/blog gratuit de type blogger ou wordpress qui offrent les interfaces les plus pratiques et un résultat final plus "pro"(les autres sont envahis de publicité), éventuellement lié à une page facebook.
Exemples de site de quartier : Malou, Puccini.

-----------------------------------------------------------------------

III-Les différentes procédures et les interlocuteurs:

Au cours de votre mobilisation vous vous adresserez principalement aux interlocuteurs suivants, il s'agit aussi des différents "angles d'attaques", des différents moyens dont vous disposez pour empêcher l'installation d'antennes.
Rappel : Ne perdez jamais de vue qu'il faut suivre simultanément deux procédures, celle du permis d'environnement et celle du permis d'urbanisme. Sans négliger le dialogue avec le/les propriétaire(s) du site visé.


1-Le quartier, vos voisins.
Voir ci-dessus point II.


2-Le(s) propriétaire(s) du bâtiment ou lieu prévu pour l'installation des antennes.
Fondamental, car c'est souvent ainsi que des victoires furent obtenues. Il suffit parfois d'informer le propriétaire des dangers qu'il ferait courir au voisinage et/ou de la mobilisation en cours pour qu'il change d'avis. Dans ce cas le projet s'arrête là et le problème est réglé.
S'il s'agit d'une copropriété il arrive souvent que tous les copropriétaires ne soient pas informés du projet et/ou qu'il n'ait pas été correctement validé par une AG. Dans ce cas aussi la victoire est proche. S'il s'agit d'un bâtiment public adressez-vous à sa direction et à son conseil d'administration, ils en sont les propriétaires et légalement responsables.

a) Lettres recommandée avec accusé de réception.
Il s’agit d’envoyer par voie postale recommandée un courrier au(x) propriétaire(s) du site prévu, les informant des risques qu’ils provoqueraient en louant leur toiture aux opérateurs et leur signifiant que vous les tiendrez pour responsables en cas de détérioration de votre cadre de vie et de votre santé ou de celle d’un des membres de votre famille. Ainsi que de la dévalorisation de votre bien si vous êtes propriétaires. La lettre recommandée a valeur légale.

b) Modèle de lettre et courriel
Une fois les recommandés envoyés, demandez aux voisins qui n'en ont pas envoyé de prendre un instant pour envoyer un courriel au propriétaire(s), proposez leur un modèle.

d)La pétition
Lorsque votre pétition est terminée, envoyez une copie au(x) propriétaires.


3- L'IBGE:
Est l'institut qui vérifie la conformité des demandes de permis d'environnement aux lois en vigueurs et délivre ces permis. Il est aussi censé protéger la santé des Bruxellois et l'environnement, or il se limite jusqu'ici à la stricte application d'une réglementation qui présente bien des failles (dérogations en cascades, méthodes de mesures et contrôles insuffisants et peu fiables, etc.) et dont les normes sont supérieures aux recommandations de nombreuses études scientifiques. Par contre les employés que vous pouvez y contacter sont des plus aimables et disponibles. Ils pourront vous éclairer sur les procédures et les aspects techniques du dossier. Pour l'aspect sanitaire ne perdez pas de vue qu'ils se voudront rassurants, ils défendent le point de vue de la Région, malheureusement si proche de celui des opérateurs.


4-La commune, le/la Bourgmestre, les Échevins et plus particulièrement le service d'Urbanisme.
Notez que dans bien des cas votre commune sera de votre côté. En effet elles sont nombreuses à êtres attentives à cette question et elles apprécient peu que leur pouvoir en la matière soit réduit à des avis consultatifs.

a) La pétition et courrier
Envoyez un courrier au Bourgmestre et aux Échevins les informant de la mobilisation, signalez ou joignez une copie de la pétition. Demandez que la commune introduise tous les recours possibles en cas de délivrance des permis. Utilisez votre courrier pour en faire un modèle à compléter pour vos voisin.

b) Commission de concertation
Dans le cadre de l'enquête publique d'urbanisme, la commune organise une commission de concertation. N'oubliez pas dans vos courriers d'opposition au projet destinés à la commune de préciser que vous souhaitez y êtres entendus. Il est parfois nécessaire de remplir un formulaire. Vous pouvez y évoquer les préoccupations sanitaires mais seuls les aspects urbanistiques seront pris en compte. Préparez bien votre intervention, écrivez la et lisez la pour ne rien oublier. Si cette commission émet un avis unanimement négatif le projet s'arrête là (ce qui est rare).

c) Avis et recours de la commune.
La commune remet un avis pour chaque permis, celui concernant l'urbanisme est émis à la fin de la commission de concertation. Celui concernant l'environnement dans les x jours après avoir été informé du projet. Même si ces avis ne sont que consultatifs, ils vous seront utiles pour la suite. La commune peut introduire des recours contre les différents permis si et quand ils sont délivrés.

d) Interpellation du Conseil
Certaines communes prévoient que les habitants puissent interpeller le conseil communal, contactez votre commune pour en connaître les conditions et l'agenda. L'occasion idéale pour inciter la commune à introduire tous les recours possibles en cas de délivrance des permis.

e) Le service d'urbanisme
Les employés de l'urbanisme de votre commune sont à votre disposition pour vous informer et vous éclairer en détail sur tous les aspects des permis et procédures. Si vous vous montrez courtois et aimable ils deviendront rapidement vos meilleurs contacts, voire alliés. N'oubliez pas qu'il s'agit de personnes souvent fort occupées.


5-Les Ministres concernés.
N'hésitez pas à interpeller par courrier et téléphone les ministres régionaux concernés (Premier, Environnement, Urbanisme, Santé, logement…). Leur attention incite celle des institutions impliquées.  


6-L'opérateur
Avec le propriétaire il est le premier responsable, signalez-lui aussi -idéalement par recommandé avec accusé de réception- que vous le tiendrez pour responsable en cas de dégradation de votre santé, de celle de vos proches ou de la dévalorisation de votre bien, si vous êtes propriétaire. La lettre recommandée a valeur légale.


7-La presse, les médias.
Si votre mobilisation prend de l'ampleur, n'hésitez pas à en informer les médias. Si vous ne disposez d'aucun contact nous pouvons vous en indiquer.


8-Le Collège de l'Environnement puis le Gouvernement Régional, pour les recours contre le permis d'environnement.
Si le permis d'environnement est délivré malgré les oppositions envoyées, ce qui est pratiquement toujours le cas, ne vous en étonnez pas et ne vous découragez pas. Pour pouvoir l'empêcher, il vous faudrait détecter une erreur majeure dans le dossier. Or l'IBGE veille à ce que cela ne se produise pas, c'est aussi son rôle.
Une fois le permis d'environnement délivré l'opérateur devra afficher une nouvelle affiche, blanche. A la fin de cette période d'affichage, indiquée sur l'affiche, il vous reste 30 jours pour introduire votre recours.
Ce recours est nominatif et coûte 125€, ce qui en soi est anti-démocratique mais avec l'aide de vos voisins cela ne devrait pas vous arrêter. Vous ne risquez aucun coût supplémentaire, même si vous ne gagnez pas.
Le recours devant le Collège: Concerne exclusivement les moyens sanitaires et environnementaux. C'est ici qu'il faut entrer dans le détail, trouver la faille, l'oubli ou mieux l'erreur dans le dossier du permis et/ou dans les réponses de l'IBGE à vos observations envoyées lors de l'enquête publique. N'hésitez pas à être exhaustif, à inclure ou renvoyer vers les nombreuses études scientifiques à charge. Il y a t-il des crèches, des écoles, des sites ou espèces protégées dans votre quartier? Précisez que ce recours nominatif représente le quartier et les X signatures de la pétition, que vous attendez des réponses à chacune de vos remarques et questions, et surtout que vous souhaitez être entendu par le Collège. Ce qui vous donnera l'occasion de le défendre une nouvelle fois. Vous serez ensuite convoqué à l'audience où le Collège complet sera présent ainsi que l'avocat de l'opérateur et des représentants de l'IBGE.
Le recours devant le Gouvernement: Si votre recours devant le Collège de l’Environnement échoue, il vous faudra introduire un recours similaire devant le Gouvernement. Utilisez le recours précédent en l'affutant grâce aux réponse du Collège. Il est nécessaire pour pouvoir ensuite introduire un recours devant le Conseil d’État, souvent plus favorable aux citoyens.
Ce recours est nominatif et coûte 125€, ce qui en soi est anti-démocratique mais avec l'aide de vos voisins cela ne devrait pas vous arrêter. Vous ne risquez aucun coût supplémentaire, même si vous ne gagnez pas.
Envoyez votre demande par recommandé dans les 30 jours (du dernier jour de l’affichage).
Afficher le guide du recours sur le site de l'IBGE.
Afficher un exemple de réponse de l'IBGE (lors de l’octroi d'un permis, voir page 8 / comprend le dossier complet)


9-Le recours de la Commune (exclusivement)  devant le Gouvernement bruxellois et le Collège d'Urbanisme.
Suite à l'enquête publique, la commission de concertation et son vote, le fonctionnaire délégué de la Région notifiera une décision.
Si le permis d'urbanisme est délivré malgré les oppositions envoyées ici aussi : ne vous découragez pas. Une fois le permis délivré, il  reste 30 jours à la Commune pour introduire son recours devant le Gouvernement. D'où l'importance des contacts constructifs avec la Commune.
Le Collège d'Urbanisme rendra un avis sur le recours.
Le recours : Concerne exclusivement les moyens urbanistiques, architecturaux, esthétiques. Vous pouvez fournir préalablement un dossier à la Commune, il faut entrer dans le détail, trouver la faille, l'oubli ou mieux l'erreur dans le dossier du permis. N'hésitez pas à être exhaustif, il y a t'il des bâtiments classés ou sites protégées dans votre quartier? etc.


10-Les recours devant Conseil d’État en environnement et/ou urbanisme.
Nous voici enfin à l'étape finale. Si vos recours ont échoué, ils étaient pourtant nécessaires et utiles car non seulement vous avez une fois de plus démontré à tous les niveaux de pouvoirs que les citoyens sont préoccupés par ce sujet (et plus nous serons mieux ce sera) mais surtout vous pouvez maintenant introduire un recours devant la plus haute autorité judiciaire.
Qui s'est déjà prononcée plusieurs fois en faveur d'opposant à des projets d'antennes, contrairement aux niveaux inférieurs d'autorité judiciaire (l'IBGE, les Collèges, le Gouvernement Régional).
Ce recours est nominatif et coûte 200€, ce qui est une fois encore anti-démocratique mais avec l'aide de vos voisins cela ne devrait pas vous arrêter.
Pour ce type de recours la procédure est modifiée. A présent vous risquez des frais additionnels à ceux que vous engageriez si vous ne gagnez pas. Le montant pourrait varier de 300€ à 1400€, voire plus suivant le type de recours, 700€ serait le montant "moyen". Il convient donc de consulter un juriste et/ou un avocat avant d'introduire ce(s) recours.
Idéalement ce recours en annulation doit être mené par la Commune qui dispose de moyens plus conséquents, ce qui vous permet d'introduire un recours en intervention, plus léger et qui n'implique pas de frais supplémentaires en cas de perte du recours.
La requête au Conseil d’état doit être adressée dans les 60 jours à compter de la connaissance de la décision d'octroi de permis.
Le recours : Grâce aux recours précédents vous disposez déjà d'un dossier bien complet. Soyez exhaustif et cette fois faites-vous conseiller, aider ou assister d'un professionnel du droit, suivant les moyens de votre quartier (association, juriste ou avocat). Précisez que ce recours nominatif représente le quartier et les X signatures de la pétition, que vous attendez des réponses à chacune de vos remarques et questions. La procédure est (encore) plus longue que celle des recours précédents, plusieurs échange de mémoires et un rapport auront lieu.

-----------------------------------------------------------------------

IV- Des antennes sont déjà présentes dans votre quartier? Que faire?
 
-Commencez par vérifier auprès de la commune que toutes les procédures ont bien été respectées, demandez à obtenir copie des dossiers de demande de permis ou à pouvoir les consulter.
-Informez et mobilisez votre quartier en vous inspirant du point II de ce guide
-Si vous découvrez un vice de forme ou une erreur dans les dossiers contactez-nous, nous vous assisterons dans vos démarches.

-Demandez à l'IBGE d'effectuer un contrôle (gratuit) des niveaux d'expositions de votre domicile.
Le formulaire de demande de contrôle est disponible ici. Il vous y est demandé d'indiquer quelles sont les antennes situées à proximité de votre domicile qui vous amènent à demander ce contrôle. Pour les localiser vous pouvez utiliser le cadastre en ligne de la Région.
Notez que sur le site de l'IBGE le formulaire est présenté à tort comme un formulaire "de plainte". Ne vous laissez pas abuser, la loi garantit votre droit à demander ce contrôle. Sachez aussi que l'IBGE effectuera ce contrôle en estimant qu'il n'y a pas de risque si les niveaux ne dépassent pas 6V/m. Toutefois si des niveaux devaient dépasser les 3V/m, vous pourriez faire valoir les recommandations du Conseil Supérieur de la Santé (qui estime le seuil acceptable maximal à 3V/m).

-Dans tous les cas, rejoignez la plate-forme grONDES afin de lutter ensemble contre le quadruplement de la puissance autorisée de ces antennes