02/06/2017

"Les mauvaises conséquences d'une exposition à un rayonnement"

Quand c'est un fabriquant qui vous le dit. De l'intérêt de lire les modes d'emploi et particulièrement les textes en très petits caractères.

Voici des extraits très instructifs, scannés du mode d'emploi d'un GSM premier prix de marque Wiko. Une des rares à faire figurer ce type d'avertissement mais précisons toutefois qu'il fut nécessaire d'agrandir ce texte pour qu'il devienne lisible par le commun des mortels. Signalons aussi que le DAS (Débit d’Absorption Spécifique ou taux de rayonnement) de ce type de GSM est trois fois moindre que celui d'un I-phone, par exemple.

Ce mode d'emploi nous confirme deux points importants, le premier étant que le calcul du niveau de rayonnement des GSM par les fabricants pose effectivement problème, comme l'avaient souligné les autorités et de nombreux médias français (1), car il tend à en amoindrir l'importance. En effet, observez par vous-mêmes : combien d'utilisateurs tiennent leur téléphone à 1,5 cm minimum de leur oreille lorsqu'ils conversent?

Et que dire des enfants, adolescents, adultes ou femmes enceintes qui le gardent actif dans leur poche, donc tout contre la peau et à proximité des organes génitaux voire du fœtus? (vos smart-phones, GSM et tablettes continuent d'envoyer et recevoir des signaux du réseau -donc rayonnent- même quand vous ne les utilisez pas!)

La réponse vous est donnée ci-dessous par le fabriquant lui même:
ces enfants, adolescents, adultes et femmes enceintes s'exposent aux "mauvaises conséquences d'une exposition à un rayonnement prolongé" (2).

25/04/2017

Brèves des Ondes

Une Cour de Justice Italienne lie utilisation du GSM et tumeur au cerveau, 
et autres brèves des ondes…

Contrairement à ce que rapporte le Guardian (1), ce 11 avril ce n'était pas « la première fois au monde » qu’une Cour de Justice -et encore moins Italienne- reconnaissait la responsabilité des fréquences GSM dans le développement de tumeurs cérébrales.
En 2006, Shareza Price, une employée de Motorola, gagnait son procès entamé six ans plus tôt contre l'ex-géant des télécommunications. A l'issue de cette bataille juridique, la justice nord-américaine reconnaissait pour la première fois officiellement la responsabilité des ondes GSM dans cette affaire. C’est en 2012 déjà qu’une Cour de Cassation Italienne rendait un verdict similaire en concluant que l'utilisation répétée d'un téléphone portable, 30 heures par semaine pendant douze ans, était à l'origine de la tumeur cérébrale d’un plaignant.

Les Cours de Justice se montrent plus attentives et combatives que la plupart des politiques, trop réceptifs au lobbying de l’industrie et des opérateurs du mobile. Plus les études qui démontrent la nocivité du mobile en l’état s’accumulent et plus il apparaît que nous semblons condamnés à revivre les errements, l’hypocrisie, la désinformation que nous servirent l’industrie du tabac ou de l’amiante et leurs soutiens, avant de devoir, bien trop tard, admettre leurs mensonges et la gravité de la situation. En effet, pour une étude qui démontre la nocivité du GSM, du Wi-fi ou des antennes relais, les opérateurs et l’industrie s’empressent d’en financer plusieurs qui démontrent le contraire.

Pourtant les preuves s’accumulent et quand il ne s’agit pas d’études scientifiques, il s’agit par exemple des manœuvres des constructeurs de GSM pour tromper les utilisateurs. Fin 2016 le magazine Marianne (2) -entre autres-  dénonçait qu’il en va de l’industrie du gsm comme de celle de l’automobile. Vous vous rappelez du scandale des constructeurs mentant sur les niveaux de pollutions de leurs véhicules ? Serez-vous surpris d’apprendre que les fabricants du mobile font de même ? En parcourant l’article, posez-vous la bonne question : si le GSM était aussi inoffensif qu’ils l’affirment, pourquoi donc mentir sur son DAS ?

Tandis que la plate-forme grONDES poursuit l’action en justice contre l’arrêté technique menée avec Teslabel, IEB et d’autres associations, les quartiers poursuivent leur mobilisation et le long et patient travail de sensibilisation. Qui commence par soi-même et ses proches : coupez-vous votre modem Wi-Fi -et les appareils connectés- avant de vous coucher ? Vous-mêmes ou vos enfants, avez-vous un « smart-phone » activé en poche ? Est-il dans une autre pièce ou en « mode avion/hors réseaux » quand vous dormez ? Consultez, imprimez, diffusez les brochures informatives et participez à la mobilisation.
(1) The Guardian : Italian court rules mobile phone use caused brain tumour (2017)
i7/7 : La justice reconnaît un lien entre une tumeur au cerveau et l'usage du téléphone (2017)
Le Monde : L'Italie reconnaît le lien entre mobile et tumeur crânienne (2012)
(2) L'article complet .pdf Marianne : Téléphone mobiles, vers un scandale sanitaire (2016)

23/03/2017

Paris plus prudente que Bruxelles?

Tandis que Bruxelles, qui bénéficiait du meilleur niveau de protection contre les pollutions électromagnétiques, y renonçait en quadruplant son seuil maximal; Paris va réduire de 30 % l’exposition aux ondes des antennes-relais...

Alors que le gouvernement Bruxellois, plus que réceptif au lobbying des opérateurs, quadruplait la norme en la portant à 6V/m, malgré l'avis du Conseil Supérieur de la Santé qui maintenait sa recommandation à 3V/m*. Qu'il tente à présent de diminuer encore le niveau de protection des habitants de la capitale par un nouvel arrêté technique que nous attaquons devant le Conseil d’État en collaboration avec -entre autres- les associations Teslabel, Inter-Environnement-Bruxelles, de nombreux comités de quartiers, citoyennes et citoyens (nous y reviendrons ultérieurement).

La ville de Paris va diminuer sa norme de 30% et montre qu'il est possible de développer les technologies mobiles sans ignorer le principe de précaution, autant que les résultats d'études récentes qui indiquent leur nocivité avérée. « Maîtriser l’exposition des Parisiens aux ondes électromagnétiques, tout en continuant à faire de Paris une capitale numérique ». C’est le double objectif de la nouvelle charte de téléphonie mobile que la maire, Anne Hidalgo, soumettra fin mars au Conseil de Paris. Cette nouvelle norme parisienne de 5V/m reste malheureusement bien au-delà des 0,6V/m, seul niveau à faire consensus mais elle montre que la hausse n'est pas ou plus une fatalité.

Dans les différents domaines technologiques, de l'automobile à l’aéronautique, l’innovation et le progrès passent par l'économie et un impact moindre sur l’environnement. Les technologies mobiles et les opérateurs représentent un enjeu trop important pour leur permettre d'échapper à cette logique.

Comme le faisait récemment remarquer Me Cachard en conclusion de son article publié dans l'édition de février du Monde Diplomatique :

"le spectre de la déconnexion ou du recul technologique ne doit plus être brandi, alors que, précisément, des normes plus exigeantes et plus protectrices seraient une incitation puissante au progrès technique."

Pour information, l'article complet "Ondes magnétiques, une pollution invisible" est à présent en lecture libre sur le site du Monde Diplomatique.

*Bruxelles quadruplait de 3V/m à 6V/m tandis que Paris diminuera de 6V/m à 5V/m. Notez que les V/m ne s'additionnent ou ne se multiplient pas mais s'exposent au carré ².
Lire l'Avis du CSS favorable au maintien des 3V/m.

07/02/2017

"Ondes magnétiques, une pollution invisible" Monde Diplomatique

http://www.monde-diplomatique.fr/2017/02/CACHARD/57119

Dans son édition du mois Le Monde Diplomatique, propose un excellent article au sujet des pollutions électromagnétiques et de la "confortable immunité des opérateurs".

Les titres et le sous-titres donnent le ton, le reste de l'article (annoncé en chapeau de la première page), d'Olivier Cachard est des plus pertinents. Il concerne la situation française, similaire à celle des autres pays européens, dont le nôtre. Un nouveau signe encourageant, qui montre que cette thématique devient un réel enjeu. Encourageant car le Monde Diplomatique, dont le travail et le sérieux jouissent d'une excellente réputation, est une lecture de référence dans les milieux politiques et médiatiques*. Il devient toujours plus difficile, pour nos politiques, de se réfugier derrière les prétendus manques "de recul", de preuves (qui pourtant s'accumulent) ou encore de "sérieux" des opposants.

L'article est en lecture libre sur le site du Monde Diplomatique (lien) et disponible chez votre libraire.

Vous pouvez aussi découvrir les nombreux articles sur le même thèmes du magazine en ligne français "Basta mag". Le dernier article de cette série relate la victoire d'une personne électrosensible qui a obtenu le retrait de son compteur « intelligent ».


La réunion du 30 janvier s'est très bien déroulée, avec plus de seize présents -représentant une douzaine des plus de trente quartiers participants- plus motivés que jamais. De nouvelles actions en justice et de sensibilisation sont en préparation, un PV complet suivra.

Faut-il rappeler aux Bruxelloises que -sur ce thème comme tant d'autres- "l'union fait la force"? Rejoignez la mobilisation : prenez-contact.


*MàJ : LMD avait déjà publié sur le sujet dès 2005.