17/06/2016

La mobilisation s'amplifie, les lignes bougent


Plusieurs articles et reportages diffusés récemment dans les médias indiquent que le travail de sensibilisation patiemment accompli depuis plusieurs années par de nombreuses associations de scientifiques, de médecins, de citoyens ou d'individus motivés, commence à porter ses fruits.

Le débat est plus que jamais d'actualité au sein de la communauté scientifique. Il y a peu une étude universitaire australienne prétendait démentir tous lien entre l'utilisation du GSM et l'apparition de cancer. Cette étude qui fit brièvement la une des médias fut rapidement et sévèrement critiquée par de nombreux scientifiques spécialisés en la matière (1 ). De plus, quelques jours après, les premiers résultats de "la plus vaste étude de ce type conduite à ce jour sur le sujet" réalisée par le National Toxicology Program (NTP) américain, venaient confirmer le soupçon de lien entre cancer et l'utilisation du GSM.
Cliquez ici pour lire un article du Monde sur cette étude.
Cliquez ici pour lire le communiqué de l'association AREHS au sujet de cette étude.

Fin mai "La Libre" interviewait le Pr. Belpomme, cancérologue et spécialiste internationalement reconnu des effets des champs électromagnétiques sur la santé, qui depuis longtemps déjà dénonce "la gravité du déni politique" et "une corruption idéologique" en matière de santé.
Cliquez ici pour lire l'interview.

Très significative aussi, une autre étude de 2015, menée par A. Lerchl, qui fait important, était jusque là un septique parmi les plus vigoureux au sujet des effets délétères des ondes GSM.
Cliquez ici pour lire les commentaires.

Au niveau plus local, la mobilisation des quartiers continue et s'amplifie. Plusieurs groupes de citoyens Bruxellois, appuyés par des experts en la matière, effectuent un remarquable travail de sensibilisation des communautés éducatives de différents établissements scolaires, des habitants de leurs quartiers et de nombreux élus. Ce avec un succès grandissant. Plusieurs écoles ont déjà décidé de renoncer au Wi-Fi et optent pour des réseaux câblés. Car rappelons le encore : il est serait absurde de mobiliser contre l'installation d'antennes relais GSM dans son quartier, tout en polluant son propre domicile et son voisinage avec des routeurs Wi-Fi branchés 24h/24 et d'autres sources de pollution comme les téléphones DECT.

Une précision importante concernant la norme de 6V/m en vigueur à Bruxelles et les terrasses et balcons. Grâce au recours mené par grONDES, la Cour Constitutionnelle a annulé l'exclusion des terrasses et balcons des zones considérées comme accessibles au public, et donc protégées par la norme de 6V/m. En clair sur les terrasses et balcons la norme de 6V/m doit à nouveau être appliquée, avant l'annulation obtenue il n'y avait plus de norme à respecter en terrasses et balcons! Il ne s'agit donc pas d'un retour à l'ancienne norme (3V/m) comme l'affirmait le journal L'Echo mais de l'application des 6VM. L'intérêt étant que le respect des 6V/m sur les terrasses et balcons implique une baisse du rayonnement dans les habitations proprement dites.


(1) Quelques critiques de l'étude australienne :
http://www.emfacts.com/2016/05/joel-moskowitz-comments-on-simon-chapmans-mobile-phone-all-clear-study/
http://electromagnetichealth.org/electromagnetic-health-blog/l-lloyd-morgans-comments-on-australian-study-by-chapman-et-al/
https://betweenrockandhardplace.wordpress.com/2016/05/10/professor-simon-chapman-responds/

Aucun commentaire:

Publier un commentaire