29/04/2016

Balcons et terrasses : l'arroseur arrosé ?

Bien qu'il s'agisse aussi d'une manœuvre des opérateurs qui, comme nous l'avions annoncé veulent et voudront toujours plus, il semblerait que l'annulation partielle que nous avons obtenue devant la Cour Constitutionnelle pose quelques problèmes aux opérateurs...

...Et à la Région qui plutôt que de se soucier de la santé des Bruxelloises et Bruxellois voudrait se plier aux quatre volontés des opérateurs.

Pour rappel, la Cour  n'avait pas sanctionné la suppression de l'enquête publique, ni le quadruplement de la norme mais annulait l'exclusion des balcons et terrasses des zones considérées comme accessible au public. Ce retour des balcons et terrasses dans les zones accessibles au public réactive la protection dont ils et elles bénéficiaient jusqu'ici.

L'Echo du 20 avril " (...) Balcons et terrasses
Reste qu’un autre problème majeur s’annonce pour les opérateurs et le cabinet Fremault: la norme des 6V/m a en effet été partiellement annulée par la Cour constitutionnelle. Une décision qui imposerait aux opérateurs de revenir à un seuil de 3V/m dans tous les cas où leurs antennes se trouvent à proximité de balcons ou de terrasses sur des bâtiments avoisinants.
Soit l’obligation de remoduler près d’une antenne sur deux à Bruxelles, et une charge de travail totalement intenable pour l’Institut Bruxellois de Gestion de l’Environnement, qui se trouvera dans l’obligation de réaliser un cadastre de tous les balcons et terrasses de la capitale. Là aussi, le cabinet Fremault relativise en affirmant que les problèmes soulevés par la Cour, moins catastrophiques que ce qu’avancent les opérateurs, pourront être réglés par des arrêtés techniques, soit une procédure d’environ 6 mois. L’exécutif n’a par contre aucune intention de toucher à la norme." Lire l'article de l’Écho.

Le Soir du 22 avril " Pour les opérateurs GSM, la 4G est en danger à Bruxelles (...)
Les CEO des trois opérateurs mobiles ont envoyé une lettre au ministre-président bruxellois, Rudi Vervoort, afin de lui demander de réformer en profondeur les normes d’émission bruxelloises qui sont parmi les plus sévères au monde. L’élément déclencheur est un arrêt de la Cour constitutionnelle datant de janvier qui a, de facto, rendu la norme encore plus stricte. Le gouvernement bruxellois voudrait rétablir l’équilibre initial en corrigeant la situation via des arrêtés d’exécution. (...)" Lire l'article du Soir.

Faut-il préciser que "la voix de ses maitres" n'a pas tardé à s'en faire l'écho?
La Libre du 26 avril "Attentats: la N-VA veut que la norme des ondes GSM soit revue à la hausse en situation d'urgence. (...)" Lire l'article de La Libre.

Une hausse provisoire en cas d'urgence ne poserait pas de problème. Par contre la norme actuelle, quadruplée et portée à 6V/m, soit cent fois plus que celle recommandée par une part croissante du monde scientifique, médical et le Conseil de l'Europe*, ce 24h/24 et sept jours sur sept, représente un sérieux problème pour les habitants de la capitale, particulièrement pour les plus jeunes.

grONDES reste attentive aux suites de l'annulation partielle de l'ordonnance obtenue devant la plus haute juridiction, la Cour Constitutionnelle, et ne permettra pas que la Loi et la Constitution soient bafouées par d'improbables montages techniques régionaux.

*0,6V/m; les V/m s'exposant au carré².

Aucun commentaire:

Publier un commentaire