25/04/2017

Brèves des Ondes

Une Cour de Justice Italienne lie utilisation du GSM et tumeur au cerveau, 
et autres brèves des ondes…

Contrairement à ce que rapporte le Guardian (1), ce 11 avril ce n'était pas « la première fois au monde » qu’une Cour de Justice -et encore moins Italienne- reconnaissait la responsabilité des fréquences GSM dans le développement de tumeurs cérébrales.
En 2006, Shareza Price, une employée de Motorola, gagnait son procès entamé six ans plus tôt contre l'ex-géant des télécommunications. A l'issue de cette bataille juridique, la justice nord-américaine reconnaissait pour la première fois officiellement la responsabilité des ondes GSM dans cette affaire. C’est en 2012 déjà qu’une Cour de Cassation Italienne rendait un verdict similaire en concluant que l'utilisation répétée d'un téléphone portable, 30 heures par semaine pendant douze ans, était à l'origine de la tumeur cérébrale d’un plaignant.

Les Cours de Justice se montrent plus attentives et combatives que la plupart des politiques, trop réceptifs au lobbying de l’industrie et des opérateurs du mobile. Plus les études qui démontrent la nocivité du mobile en l’état s’accumulent et plus il apparaît que nous semblons condamnés à revivre les errements, l’hypocrisie, la désinformation que nous servirent l’industrie du tabac ou de l’amiante et leurs soutiens, avant de devoir, bien trop tard, admettre leurs mensonges et la gravité de la situation. En effet, pour une étude qui démontre la nocivité du GSM, du Wi-fi ou des antennes relais, les opérateurs et l’industrie s’empressent d’en financer plusieurs qui démontrent le contraire.

Pourtant les preuves s’accumulent et quand il ne s’agit pas d’études scientifiques, il s’agit par exemple des manœuvres des constructeurs de GSM pour tromper les utilisateurs. Fin 2016 le magazine Marianne (2) -entre autres-  dénonçait qu’il en va de l’industrie du gsm comme de celle de l’automobile. Vous vous rappelez du scandale des constructeurs mentant sur les niveaux de pollutions de leurs véhicules ? Serez-vous surpris d’apprendre que les fabricants du mobile font de même ? En parcourant l’article, posez-vous la bonne question : si le GSM était aussi inoffensif qu’ils l’affirment, pourquoi donc mentir sur son DAS ?

Tandis que la plate-forme grONDES poursuit l’action en justice contre l’arrêté technique menée avec Teslabel, IEB et d’autres associations, les quartiers poursuivent leur mobilisation et le long et patient travail de sensibilisation. Qui commence par soi-même et ses proches : coupez-vous votre modem Wi-Fi -et les appareils connectés- avant de vous coucher ? Vous-mêmes ou vos enfants, avez-vous un « smart-phone » activé en poche ? Est-il dans une autre pièce ou en « mode avion/hors réseaux » quand vous dormez ? Consultez, imprimez, diffusez les brochures informatives et participez à la mobilisation.
(1) The Guardian : Italian court rules mobile phone use caused brain tumour (2017)
i7/7 : La justice reconnaît un lien entre une tumeur au cerveau et l'usage du téléphone (2017)
Le Monde : L'Italie reconnaît le lien entre mobile et tumeur crânienne (2012)
(2) L'article complet .pdf Marianne : Téléphone mobiles, vers un scandale sanitaire (2016)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire